Déportation, extrait de la biographie

Nicole Clarence sera arrêtée le 4 août 1944, place de Breteuil, lors d’un rendez-vous piégé. Un agent de liaison du réseau, arrêtée puis « retournée » par la Gestapo, l’a dénoncée. Conduite à la Gestapo, rue de la Pompe, elle y subit de nombreux interrogatoires, résiste au supplice de la baignoire, aux brûlures de cigarettes et autres sévices. Incarcérée à Fresnes, le 10 août, elle sera déportée le 15 août 1944, sous le nom de Nicole Audibert, vers Ravensbrück, dans le convoi qu’on appellera les « 57 000 ». Elle sera envoyée en Kommando à Schoenfeld près de Leipzig avec un groupe d’autres Françaises.